vendredi 9 mai 2014

Casa with Love !

Texte publié sur le troisième numéro de











Aujourd’hui, je vais vous raconter une histoire d’amour. 

Je sais que ce magazine ne s’occupe que de viriles et pileuses histoires de football, mais un peu de poésie n’a jamais fait de mal à ce que je sache.


Il était donc une fois….une Jrada et un Canard.

Dans la mythique forêt blanche, la Jrada et le Canard sont voisins depuis toujours, partageant nourriture et logis. Mais en lieu et place d’une fraternelle cohabitation, la jrada et le canard se détestaient cordialement et ce depuis des lustres.

Ils en étaient même arrivés à oublier qu’ils avaient pour filiation, un bienfaiteur commun : l’agneau (enfin le gigot quoi).

La seule question qui leur importait fut : « Qui était le plus beau de la forêt blanche ? »

C’est ainsi, qu’au moins deux fois l’an, la Jrada et le Canard s’adonnaient à des joutes verbales et physiques que toute la faune et la flore de la forêt blanche craignaient et redoutaient. 

Et voilà la Jrada  qui, en fin boucher, s’époumone sur une fidèle dissection de l’anatomie du Canard jusqu’à des cavités insoupçonnées. 

Et voilà le Canard qui, en docte généalogiste, s’en va trouver des origines « cafardesques » à la Jrada.

Et puis la Jrada qui s’enorgueillie, en voyageuse, de ses périples en jungle Amazonienne et vers la forêt de Bavière. 

Et puis le canard qui fustige la Jrada qui, comme la cigale, est tellement fainéante qu’elle demande encore de l’argent à sa mère. 

Et ensuite la Jrada qui traite le canard de corbeau, car lui aussi tient dans son bec un fromage.

Et ensuite le Canard qui rétorque que lui, contrairement à la Jrada, son fromage n’a point eu besoin de lait. 

Etc, etc, etc.


Et c’était ainsi, au moins deux fois l’an, année après année. 


Puis…..par un beau jour d’avril, au rendez-vous convenu, la Jrada a porté son plus beau Tifo, affuté ses mots les plus tendres, ses armes les plus blanches, et s’est mis patiemment à attendre le canard pour lui exprimer toute la haine et le dégoût qu’il suscite en elle. 

Les minutes passèrent mais point de canard à l’horizon…la Jrada eut beau l’appeler haut et fort, lui inventer de nouvelles tares, lui trouver de nouvelles cavités, mais toujours point de canard à l’horizon.

La Jrada passa sa journée à crier seule sa rage, qui n’avait même plus d’écho...

A la tombée de la nuit, les larmes aux yeux, avec ce goût de victoire inachevée, la Jrada rentra chez elle et écrivit cette lettre au Canard.

« Cher Canard,
Il m’arrive rarement de t’adresser la parole, du moins pas dans des mots autorisés par la loi de la boxe, mais aujourd’hui, quand j’ai vu que tu n’étais pas là, j’ai compris que pour moi…tu comptes.

Aujourd’hui quand j’ai vu que tu n’étais pas là, j’ai voulu te le dire pour la première et dernière fois, car tu m’as terriblement manqué : Cher Canard….je t’aime…reviens vite

Signé : la Jrada »


Et ils s’insultèrent, heureux, ainsi que beaucoup de leurs enfants.


Note de la Rédaction : « pour des raisons évidentes de machisme, cette histoire se raconte aussi avec un Jradou et une Cane ». 


2 commentaires:

rania a dit…

merci pour cet article (y)

Anonyme a dit…

Très belle histoire ^_^